L'examen du permis de conduire

L’examen du permis de conduire est accessible à toute personne de plus de 18 ans. Il se compose de deux parties : un examen théorique comportant des questions ainsi qu’une partie pratique.

Il existe différents types de permis de conduire en fonction de la catégorie du véhicule que le candidat désire conduire. Néanmoins, l’examen du permis de conduire le plus courant est le B, celui permettant de prendre le volant de voitures.

Lorsque l’examen du permis de conduire est obtenu, le jeune conducteur est en permis probatoire durant 3 ans. Il devra alors respecter des limitations de vitesse restreintes et apposer un « A » sur la carrosserie du véhicule.

Passer son permis de conduire

Pour passer son permis de conduire, le postulant peut choisir de recourir à une auto-école ou bien de s’inscrire seul, directement en préfecture, pour se présenter à l’examen en candidat libre.

Dans tous les cas, les documents suivants seront nécessaires à l’inscription à l’examen du permis de conduire:

  • Le formulaire cerfa référence 02 n°14866*01 complété par le candidat ou ses parents s’il est mineur. Ce formulaire est fourni par l’auto-école ou peut être retiré en préfecture.
  • Le formulaire cerfa référence 06 n°14948*01,
  • Une pièce d’identité,
  • Un justificatif de domicile,
  • 2 photos d’identité récentes, avec le nom et l’adresse du candidat inscrits au dos,
  • 2 enveloppes timbrées au nom et à l’adresse du candidat,
  • Pour les français âgés de 16 à 25 ans, la photocopie de l’attestation de recensement ainsi que de la participation à l’appel à la défense.

A noter: les candidats nés après 1987 doivent être titulaires de l’attestation scolaire de sécurité routière de second niveau (ASSR2) ou de l’attestation de sécurité routière (ASR) afin de pouvoir se présenter à l’examen du permis de conduire.

Dans certains cas, des pièces supplémentaires pourront être demandées lors de l’inscription:

  • Un exemplaire d’avis médical si le candidat est dans l'obligation de se soumettre à l’examen,
  • La photocopie du permis de conduire déjà obtenu si le candidat postule à l’examen du permis de conduire pour une autre catégorie de véhicule,
  • La copie de l’injonction de restitution du permis de conduire si le permis du postulant a été invalidé,
  • La photocopie du jugement en cas d’annulation et qu’il souhaite repasser son permis.

La conduite

L’épreuve pratique de l’examen du permis de conduire se compose de trois parties :

  • Deux vérifications, intérieure et extérieure, choisies en fonction des deux derniers chiffres du compteur kilométrique dans une liste de 100 questions du permis de conduire,
  • Deux manœuvres (marche arrière, créneau, demi-tour trois temps etc.) dont une au choix du candidat,
  • 5 minutes d’autonomie durant lesquelles le candidat suit un itinéraire.

Avant de passer à la partie pratique de l’examen du permis de conduire, l’inspecteur d’auto-école vérifie l’identité ainsi que le livret d’apprentissage du candidat. Ce dernier doit ensuite s’installer au poste de conduite, une pratique examinée par l’inspecteur.

L’examinateur présente ensuite l’épreuve du permis de conduire au candidat et teste sa vue. Une fois que toutes ces étapes sont passées, la conduite de l’examen du permis de conduire peut débuter.

Les questions du permis de conduire

Lors de la conduite, l’examinateur pose deux questions du permis de conduire, extérieure et intérieure, choisies parmi 100 questions portant sur l’ensemble du code de la route. C’est l’une des épreuves de l’examen du permis de conduire. Le hasard choisi les questions en fonction des deux derniers chiffres du compteur kilométrique.

Voici une liste non-exhaustive d’exemples des vérifications qui peuvent être demandées :

  • Montrer le pare-brise.
  • Allumer les feux de croisement.
  • Quel est le voyant du frein à main ?
  • Où se situent les feux de recul ?
  • Vérifier l’usure des pneus.

La durée de l’examen de conduite

La durée de l’examen de la conduite est de 35 minutes au minimum.

Parmi elles, le temps de conduite minimum est de 25 minutes. On trouve aussi 5 minutes de conduite en autonomie et 5 minutes de questions. Le reste du temps est dédié à l’installation du candidat, la présentation de l’examen du permis de conduire ainsi qu’au test de la vue.

A noter: une loi prévoit de passer la durée minimum de l’examen du permis de conduire à 32 minutes.

Les résultats de l’examen

Lors de l’examen du permis de conduire, l’inspecteur ne dit pas au candidat s’il a réussi ou non. Le jour même, il poste le résultat, et ce n’est que quelques jours après l’épreuve que le candidat le reçoit à son domicile.

Les erreurs éliminatoires

Lors de l’examen du permis de conduire, certaines erreurs sont admises tandis que d’autres sont éliminatoires. On trouve ainsi quatre catégories d’erreurs :

  • Erreurs admises à l’examen du permis de conduire: celles qui restent tout de même conformes au code de la route. Exemples :
    • Recul léger pendant le démarrage en côte,
    • Oubli de clignotant en absence d’autres automobilistes,
    • Mauvais positionnement sur la voie,
    • Mauvaise tenue du volant,
    • Signalisation tardive du changement de direction.
  • Erreurs tolérées à l’examen du permis de conduire: les fautes qui auraient pu être graves mais n’ayant pas mis en danger les passagers. En revanche, si le candidat réitère plusieurs fois ces fautes tolérées, il peut être éliminé. Exemples :
    • Calages répétés dus à l’angoisse de l’examen,
    • Non-respect du marquage au sol lors de l’arrêt, sans gène des autres usagés,
    • Allure trop lente lors d’un dépassement,
    • Allure excessive dans un virage sans répercussion sur la trajectoire,
    • Hésitation dans une intersection.
  • Erreurs éliminatoires à l’examen du permis de conduire: fautes mettant directement en danger les occupants du véhicule. Exemples:
    • Calages successifs mettant en danger les usagers de la route,
    • Démarrage en côte raté (recul important),
    • Arrêt dépassant sur une autre voie que celle empruntée,
    • Risque de collision durant une manœuvre,
    • Franchissement d’une ligne continue.

Feuilles d’examen du permis

Le jour de l’examen du permis de conduire, l’inspecteur poste le résultat. S’il est positif, le candidat reçoit quelques jours après le certificat d’examen du permis de conduire (CEPC) avec la mention favorable.


Ce certificat attestant de l’obtention de l’examen du permis de conduire est valable durant 4 mois mais n’autorise pas le candidat à conduire à l’étranger.

A noter: si le test de vue n’est pas concluant ou si l’inspecteur juge que le candidat nécessite une visite médicale, le CEPC n’est pas délivré, même si l’examen pratique est favorable. Le candidat est dans l’obligation de passer un contrôle médical.

La délivrance du permis de conduire

Durant la période de validité de 4 mois du CEPC, le permis de conduire est envoyé par courrier au domicile du candidat. S’il est absent à l’arrivée du facteur, ce dernier laissera un avis de passage afin que l’automobiliste puisse récupérer son permis dans les 15 jours, à son bureau de poste.

Si le conducteur laisse passer ce délai, le document est alors renvoyé à la préfecture et l’automobiliste devra réitérer une demande de permis de conduire.

A noter: il est possible de suivre le processus de production et de délivrance du permis de conduire via le site téléservice mis en place par l’Agence Nationale des Titres Sécurisés (ANTS).

Les astuces pour réussir son permis

Il existe des astuces pour réussir son permis. Bien sûr, la première d’entre elles est de connaitre le code de la route et de maîtriser son véhicule. Le conducteur ne doit pas être impressionné par sa machine, ni par la circulation. Il doit avoir confiance en lui tout en sachant apprécier les risques de la route. Il est également important d’adapter sa conduite aux situations. Si la route indique 50 km/h au maximum mais qu’il circule à proximité d’une école aux heures d’ouverture, il doit savoir ralentir.

La courtoisie au volant est l’un des points bonus que peut facilement acquérir le conducteur lors de l’examen du permis de conduire. Il doit se montrer poli et savoir partager la route, aussi bien avec les conducteurs qu’avec les piétons.

Enfin, l’automobiliste ne doit pas non plus se laisser impressionner par l’inspecteur. Il n’est pas là pour le dévaloriser mais seulement pour s’assurer que le conducteur ne représente pas un danger sur la route, pour lui ou pour les autres.

Le permis en candidat libre

Puisque l’examen du permis de conduire peut s’avérer onéreux, il est possible de se présenter en candidat libre. L’inscription est gratuite, à l’exception de l’obligation d’achat d’un livret de conduite. Cependant, l’apprenti à la conduite ainsi que l’accompagnateur doivent respecter certaines règles afin d’être autorisés à circuler.

L’apprenti conducteur doit:

  • Avoir au moins 16 ans,
  • Avoir rempli le document cerfa 14866*01 nécessaire à l’inscription auprès de la préfecture,
  • Acheter un livret d’apprentissage à la conduite (en librairie ou auprès d’éditeurs et de la direction de l’information légale et administrative (Dila),
  • Conduire seulement sous la surveillance de son accompagnateur attitré,
  • Circuler uniquement sur les routes dans un premier temps puis sur autoroute lorsque l’apprenti est plus agile. Il doit également se renseigner auprès de sa ville pour savoir si certains lieux sont interdits à l’apprentissage de la conduite,
  • Garder constamment, durant les heures d’apprentissage, le livret et le formulaire d’inscription en cas de contrôle des forces de l’ordre.


L’accompagnateur doit quant à lui :

  • Etre titulaire, depuis 5 ans en continu, au minimum, de la catégorie du permis qu’il enseigne,
  • Avoir suivi la formation obligatoire de 4 heures lui permettant d’être accompagnateur. Elle se compose d’une heure de théorie et de trois heures de pratique.


L’accompagnateur du candidat libre à l’examen du permis de conduire reçoit l’attestation de sa formation pour 5 ans et pour 3 apprentis au maximum, durant cette période. Il n’est pas autorisé à recevoir de l’argent ou toute autre forme de paiement pour l’accompagnement à la conduite.

Enfin, le véhicule utilisé pour l’apprentissage à la conduite en candidat libre doit lui aussi correspondre aux différentes règlementations. Il doit être équipé:

  • D’un système de doubles commandes pour le frein et l’embrayage,
  • D’un système de doubles commandes pour l’accélérateur, neutralisable, lorsque le véhicule est utilisé lors de l’examen du permis de conduire,
  • De doubles rétroviseurs intérieurs et extérieurs réglés pour l’apprenti conducteur ainsi que pour l’accompagnateur,
  • D’un système de doubles commandes en ce qui concerne les avertisseurs sonores, lumineux et d’indication de changement de direction,
  • D’un panneau avec la mention « apprentissage » dont les mensurations correspondent aux normes en vigueur.


En outre, le véhicule doit bénéficier d’un contrat d’assurance adapté à son utilisation d’apprentissage à la conduite.

FAQ
J’ai obtenu l’examen du permis de conduire il y a 3 semaines et je voudrais en profiter pour partir en vacances en Italie à bord de ma voiture. Cependant, je n’ai toujours pas reçu mon permis officiel. Puis-je conduire avec le certificat d’examen du permis de conduire à l’étranger ?
Le certificat d’examen du permis de conduire vous permet de rouler en toute légalité durant 4 mois. Cependant, ce document n’est pas reconnu à l’étranger et vous ne pouvez donc pas conduire en Italie avec ce document. Demandez à un ami de conduire à partir de la frontière ou attendez de recevoir votre permis de conduire par la poste avant de partir à l’étranger, même en Europe.

Je souhaite passer l’examen du permis de conduire en candidat libre avec mon frère en tant qu’accompagnateur. Il a le permis depuis 6 ans mais il ne lui reste plus que 3 points, est-ce possible ?
Si votre frère possède le permis dans la catégorie où vous voulez être accompagné, il peut être vôtre accompagnateur, d’autant plus qu’il possède plus de 5 ans de permis. En revanche, il ne lui reste plus beaucoup de points sur son papier rose et en cas d’invalidation de permis, il ne pourra plus vous superviser. Soumettez l’idée à votre frère d’effectuer un stage de récupération de points afin d’en récupérer 4 et vous assurer que vous pourrez toujours conduire à ses côtés.



Rdig par