Conduite sous l'emprise de stupéfiants

Afin de veiller à ce que le code de la route soit respecté par les jeunes conducteurs, après le passage de l'examen permis de conduire leur est délivré pendant trois années un permis probatoire (qui ne possède non pas un capital de 12 points mais de 6). En cas d’infraction conséquente ou à répétition qui entrainerait un retrait de points équivalent ou supérieur à 3, ils recevront une Lettre 48N. Celle-ci, les obligera à réaliser un stage de sensibilisation à la sécurité routière similaire aux stage de récupération de points qui leur permettra de récupérer 4 points et ainsi peut être de sauver leur permis de conduire, puisqu’une fois atteint le nombre zéro, celui-ci se retrouve invalidé. Les statistiques sécurité routière sont formelles, la drogue au volant comme l’’alcool sont encore un facteur majeur d’accident mortel incluant les 18-25 ans. Lorsque vous prenez le volant, vous êtes responsable de votre vie et de celle de ceux qui vous accompagne ! Cet article, dans un but de prévention vous dévoile les conséquences d’une prise de stupéfiants avant de conduire ainsi que les risques encourus.

Les Effets de la drogue au volant :


Quelque soit la quantité ingurgitée ou le nom de la drogue consommée, elle est un puissant psychoactif qui change votre état de conscience et vous met en danger de mort au volant d’une voiture. Sans donner une liste exhaustive des différentes drogues, rappelons les effets des plus « courantes ». La consommation de cannabis, vous rendra particulièrement vulnérable puisqu’elle vous rendra amorphe, perturbera votre vigilance et accentuera votre somnolence. L’ecstasy quant à lui, vous coupera du réel vous donnant une impression de rêve pouvant conduire à un sentiment d’invincibilité et aggraver ainsi la prise de risque. L’héroïne a pour effet de donner des hallucinations, inutile de dire que vous ne pourrez pas maitriser vos gestes et être attentif à la circulation. Il va de soit, que prendre de la drogue avant de conduire est un acte suicidaire, et gravissime.

Les moyens de dépistages de la drogue:


Même en cas d’absence d’infraction, si un policier vous juge suspect, il est en droit de vous soumettre à un dépistage de stupéfiant salivaire. 12 minutes après la procédure, il sera en mesure de constater si vous avez consommé de la drogue ou non. Si le test s’avère être un positif, le conducteur est immédiatement transféré à l’hôpital, afin de subir une prise de sang et un examen clinique.



Les conséquences directes de la conduite sous l'emprise de stupéfiants :

Si vous êtes pris au volant d’un véhicule après avoir consommé de la drogue vous serez poursuivis en justice et devrait comparaitre devant un tribunal correctionnel. Vous encourez la perte de 6 points sur votre permis de conduire, une amende pouvant s’élever jusqu’à 4 500 €, ainsi qu’une suspension allant jusqu’à cinq ans et une peine de prison. Cette dernière peut être aggravée selon récidive ou état alcoolisé en plus de la conduite sous emprise de stupéfiant. Un stage en peine complémentaire peut être indiqué.

A savoir : S’il y a accident et que les autorités découvrent que vous êtes sous emprise, l’assurance qui indemnise la partie adverse peut vous demander le remboursement de cette somme. Ainsi, les dégâts causés à votre voiture ne seront pas remboursés et votre contrat se verra résilié.



Rdig par